Quand une agence de traduction fait passer un test à un traducteur, ce qui compte souvent ce n’est pas la difficulté du texte, mais le respect des délais impartis. Le test peut consister en un texte de 300 mots, ni trop dur, ni trop simple, mais qu’il faudra traduire en 60 minutes.

Pourquoi cela ? Et bien d’une part parce que l’agence veut savoir si le traducteur est fiable, s’il sait organiser son temps. Et d’autre part parce que le temps pour la traduction est l’élément le plus important !

A l’ère de l’informatique, on est habitué à recevoir tout immédiatement et certains pensent parfois que le rapport qu’ils ont mis 10 jours à rédiger sera traduit dans la minute. En réalité, le traducteur va devoir lui aussi, réécrire le texte.

Les délais sont bien souvent très courts, et les traducteurs doivent apprendre à jongler avec cette donnée. C’est-à-dire présenter la meilleure qualité possible en un délai record.

Les agences de traduction possèdent différents outils pour proposer des délais très courts. Le plus évident étant de scinder le texte en plusieurs documents. Mais la gestion de ce type de projets est lourde (homogénéité des textes, gestion du personnel, des glossaires, etc.), ce qui explique que les tarifs varient énormément d’un projet à l’autre.

Plus que le nombre de mots, c’est le délai imparti qui compte pour le devis.